top of page

Faire un film, en bref

Le cinéma comment ça marche?

 

En bref:

Derrière les affiches de films, dans le métro, dans la rue, devant lesquelles on passe et repasse, se cache une industrie mal connue du public.

Le processus de création d’un film peut s’étendre sur plusieurs années. 

Il comprend plusieurs étapes, les voici:


D’abord la création...

  • Écriture du scénario (avec des scénaristes!)

  • Développement, réécriture, préproduction

  • Production, tournage

  • Post production, finalisation du film


Puis la commercialisation...

Alfred Hitchcock par Irving Penn, 1948

  • Distribution, promotion

  • Exploitation en salles

  • Exploitation vidéo

  • Diffusion télévisée


Un film part toujours d’une idée, venant souvent d’un scénariste, d’un réalisateur ou d’un producteur.  

Si l’idée vient d’un livre ou d’une œuvre déjà créée, comment cela se passe? 

Dans ce cas là, le producteur doit acheter les droits, lui permettant de faire un film à partir de l'œuvre originale et de le développer. 

Pour une idée originale, le scénariste peut être engagé pour ensuite développer son idée et écrire un scénario. A ce stade rien n’est officiel, la création du film peut s’arrêter à tout moment. 

Le scénariste est payé à chaque étape de l’écriture, mais ne touchera la totalité de sa somme que si le film est tourné. 

Il y a des aides à l'écriture: par exemple, le CNC en France (Centre National du Cinéma), The Academy Nicholl Fellowships in Screenwriting à l'international.Ces organisations apportent du soutien au scénario, et aident à l’écriture. 


Le scénario est maintenant terminé, mais nous n’en sommes qu’au début. A présent, le producteur et le réalisateur doivent trouver et engager une équipe composée notamment:

- d’un directeur de casting pour aider le réalisateur à choisir les actrices et les acteurs,

- d'un directeur de photographie aussi nommé chef opérateur; c'est le responsable des prises de vues, de l’image, du cadre; il va aussi prendre en charge le genre de pellicule utilisée; c’est le principal interlocuteur du metteur en scène pendant le tournage,

- d'un régisseur général qui va s'occuper de l'organisation du tournage, faire du repérage pour chercher les lieux où seront tournées les scènes du film et trouver les autorisations nécessaires,

- et bien sûr ce n’est pas tout… Il y’a aussi tous les costumes, le matériel…etc.


L’argent n’est pas anodin pour la réalisation d’un film. Un film à "petit budget" coûte quand même le prix d'un deux pièces à Paris! (Mais aujourd'hui, avec les progrès de la technologie, il est possible de tourner un long métrage avec son téléphone portable, ou avec une petite caméra relativement bon marché, qui sera d'une qualité suffisante pour être projeté sur un grand écran dans une vraie salle de cinéma!). En France, l’argent vient des chaînes de télévision, les chaînes hertziennes, et Canal Plus. L’argent vient aussi du distributeur qui est la société qui “sort” le film (communication, marketing, etc.). De nombreuses sociétés sont à la fois diffuseurs et producteurs: Pathé, Gaumont qui sont l'équivalent français des grands studios américains. Mais il y aussi des distributeurs indépendants, comme Wild Bunch, ou ARP. En France il y’a aussi de l’argent public: le CNC qui distribue l“avance sur recette” à des films sélectionnés par une commission composée de professionnels. Le fond de soutien, est aussi donné à tous les producteurs en fonction de leur volume de production; c’est un argent qui vient d’un pourcentage prélevé par l’Etat sur chaque ticket de cinéma vendu. Depuis le début du Coronavirus, il y’a une baisse de fréquentation en salle, pour cette raison il va y avoir moins d’argent pour les films à venir! 

Il y’a également des fonds privés, venant de personnes voulant investir leur argent dans la production.


LE TOURNAGE:

L’étape du tournage c’est l'étape de la fabrication d'un film que connaît le mieux le grand public. C'est un moment très important, mais qui est le résultat de toute une préparation.

Tout le monde est à sa place. Le réalisateur, à ce moment la, c’est celui qui va tout diriger, comme un chef d'orchestre. (Il y a un film très divertissant sur un tournage où on voit le metteur en scène qui doit savoir répondre sans hésiter à toutes les question qu'on lui pose à tout bout de champ. Ce film s'appelle La Nuit américaine, c'est François Truffaut qui l'a réalisé. Il est génial!) Durant le tournage il faut faire attention à ne pas dépasser le budget, la production surveille de très près. Un tournage peut prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois.


POST-PRODUCTION:


Après le tournage, le monteur, (choisi par le réalisateur) va devoir monter le film en triant tous les rushs. Il faut donc sélectionner et organiser tous les plans qui ont été gardés durant le tournage. Il faut aussi synchroniser le son à l'image, car durant le tournage le son et l'image ne sont pas toujours enregistrés en même temps. Après, le montage peut finalement commencer. Cela peut durer des mois, parfois une année.


On pourrait penser que le montage est la seule tâche. Mais il faut aussi mixer, créer l'ambiance du film. Pour cela il faut jouer avec avec les niveaux audios etc...

On peut ré-enregistrer des dialogues, ou même ajouter une voix-off.


On peut aussi ajouter des effets spéciaux. Cette tâche sera plus ou moins grande selon le genre de film.


Afin d'harmoniser l'ambiance de l'image, on va faire appel à un étalonnage. L'étalonneur va changer et jouer sur les niveaux de noir, ajoutant des sources lumineuses. Le processus peut prendre du temps et demande beaucoup de rigueur.


Un fois que tout cela est fait; et que tout le monde est heureux avec le résultat final du film (réalisateur, producteur, etc...), le film est terminé!


Maintenant il va falloir le montrer au public, et commencer la vie du film!

D'ailleurs c'est la que les distributeurs vont intervenir...




INTERVIEW AVEC Enrique Chediak:

Directeur de la photographie


Nous avons eu le plaisir de pouvoir interviewer le directeur de la photographie Enrique Chediak, notamment connu grace à son travail sur 127 heures, 28 Semaines plus tard, American Assassin, Le Labyrinthe, La 5ème vague, Deepwater, la Belle et le clochard... etc.


1) How would you describe the role of Director of Photography in the process of making a film?


1) Comment décririez vous le rôle d'un chef opérateur dans le processus de faire un film?


E.C:

It varies; it depends with which directors you are working with. You usually take the script with the director and the production designer and try to create an atmosphere with the camera and with the lighting. For example, my role will be significantly different if I am working on a horror movie or working on the set of a comedy.

The DP also varies from what the director wants from you; sometimes, they do not know how they want to do the movie, so you have to be much more active in camera angles and lighting.


Cela dépend avec quels réalisateurs tu travailles. Ce que je fais d'habitude, c’est que je prends le scénario avec le réalisateur et le chef décorateur et on essaye de créer une atmosphère avec la caméra et l’éclairage. Par exemple, mon rôle sera extrêmement différent si je travaille sur le plateau d’un film d’horreur ou sur celui d’une comédie.

Le rôle du "Chef Op" varie également par rapport à ce que le réalisateur attend de toi, parfois ils ne savent pas vraiment comment ils veulent faire le film, donc tu dois être beaucoup plus actif en termes d’angles de caméra, et en termes d’éclairage.


2) From your point of view, how does your work differ between low-budget/independent films and high-budget films?

Because I saw that you like to do both. (laughs)


2) De votre point de vue, comment est-ce que votre travaille change entre un film à gros budget ou un film indépendant?

Parce que j'ai vu que vous aimiez faire les deux. (rires)


E.C:

(Laughs) I like to do both.

At the core of the film, it is the same; you are working with cameras and images, close-ups, etc...

However, I think that with low-budget movies, you have more freedom. You have less equipment and less money, but you have more freedom, and because you have less, you become more creative; in a way, less is more for this situation. You have to sort the problems in a significantly different way.

You have more freedom on how to tell the stories.

The bigger budget, you have studios involved, so you do not have that much language freedom, but you have more creative freedom.

Nevertheless, you have better equipment, so you need to know how to use these movies' equipment.

One director once said that making a low budget movie is like one person pulling one donkey, and making a high budget film is like ten men pulling a donkey.


(Rires) J’aime faire les deux.

Dans le fond, c’est la même chose, tu travailles avec des caméras et des images, des gros plans etc...

Mais je pense qu’avec les films à petit budget, on a plus de liberté. Tu as moins d’équipement, moins d’argent, mais tu as plus de liberté, et parce que tu as moins, tu deviens plus créatif. D’une certaine façon, moins tu as, plus tu inventes! Il faut régler les problèmes d’une façon extrêmement différente.

Tu as plus de liberté pour raconter les histoires.

Avec un budget plus important, il y a des studios, donc il n’y a pas beaucoup de liberté de langage, mais il y a plus de liberté créative.

Mais tu as de meilleurs équipements, donc tu as besoin de savoir comment utiliser l’équipement pour ces films.

Il y a eu un réalisateur qui a dit un jour que faire un film à petit budget, c'est comme si un seul homme tire un âne, et faire un film à haut de budget, c'est comme si dix hommes tirent un âne en même temps.



3) Who is the director of photography that inspired you to do your job?


3) Qui est le chef opérateur qui vous a donné envie de faire ce travail?


E.C:

(Laughs) That is very hard to say. There are so many that inspired me! But when I understood what a director of photography did, you know, when I was younger, like thirty years ago. I started watching movies, and I started understanding what a DP did. There were names like: Vittorio Storaro, Sven Nykvist, a Swedish DP, Gordon Willis, Gianni di Venanzo, Robby Müller.

It's when I started to watch those movies that I started to notice the work of some great directors of photography and then it clicked in my mind: I want to do this job!


(Rires) C’est très difficile à dire. Il y en a tellement qui m’ont inspiré! Mais quand j’ai compris ce que faisait un directeur de la photographie, tu sais, quand j’étais plus jeune, il y a 30 ans, j’ai commencé à regarder des films, et j’ai commencé à comprendre ce que faisait un DP. Il y avait des noms comme : Vittorio Storaro, Sven Nykvist, un chef op suédois, Gordon Willis, Gianni di Venanzo, Robby Müller.

C’est quand j’ai commencé à regarder ces films que j’ai commencé à remarquer le travail de quelques grands réalisateurs de la photographie et puis ça a cliqué dans mon esprit : Je veux faire ce travail.



4) Which movie has been the most challenging for you?


4) Quel est le film qui a été le plus difficile pour vous?


E.C:

I think, technically, maybe because of the way the director worked: Deepwater Horizon. It was a very challenging movie because we build an oil platform on a parking lot. Everything was lit with fire. In some sequences, there was oil spilling on some people.

All of these sequences were technically very hard. The director did not plan his movie; he improvised a lot. It was very challenging but also very rewarding.


Je pense, techniquement, peut-être à cause de la façon dont le réalisateur travaillait : Deepwater Horizon. C’était un film très difficile parce que nous construisons une plate-forme pétrolière sur un parking. Tout était éclairé par le feu. Dans certaines séquences, du pétrole s’est déversé sur certaines personnes.

Toutes ces séquences étaient techniquement très dures. Le réalisateur n’avait pas vraiment planifié son film, il a beaucoup improvisé. C’était très difficile, mais aussi très gratifiant.



5) In films that heavily rely on special effects, how does your role as DP differ?


5) Dans des films qui reposent énormément sur des effets spéciaux, quel impact cela a sur votre rôle de chef opérateur?


E.C:

Of course, it differs, but it also differs from how you will use each movie's special effects. If you are using a green screen, you will have to make sure that what you are filming is in coordination with the green screen, so you have to understand the process of special effects. But we should call them visual effects. For example, special effects are when a window breaks in a movie, but visual effects are everything that happens on the computers. However, when I did one of those transformers movies, and I did one called Bumblebee, we decided to treat the shots like the robot was there with a special effects team. So, we shot the girl, and then we shot the robot. We treated the camera like the robot would be in the frame. And it was funny because we started to imagine the robot in our heads. At the end of the first week, you could see the robot, how tall he was, etc.. (Laughs). It was very natural and quite incredible.

Yes, my role changes a little bit, but what I try to do is treat the visual effects like they are real.


Bien sûr, ça change, mais ça change également selon la façon dont tu utiliseras les effets spéciaux de chaque film. Si tu utilises un écran vert, tu dois t'assurer que ce que tu filmes est en coordination avec l’écran vert, de sorte que tu dois comprendre le processus des effets spéciaux. Mais on devrait les appeler des effets visuels. Par exemple, les effets spéciaux sont quand une fenêtre se brise dans un film, mais les effets visuels sont tout ce qui se passe sur les ordinateurs. Cependant, quand j’ai fait un des films des transformers, j’en ai fait un qui s'appelle Bumblebee, nous avons décidé de traiter les plans comme si le robot était là avec une équipe d’effets spéciaux. Nous avons donc filmer la fille, puis le robot. Nous avons traité la caméra comme si le robot était dans le cadre.Et c’était drôle parce que nous avons commencé à imaginer le robot dans nos têtes. C'était très naturel et incroyable.

Donc finalement, oui mon rôle en tant que chef opérateur change mais ce que je fais c'est que j'essaye de traiter les effets visuels comme si ils étaient réels.


Merci beaucoup à Enrique Chediak d'avoir répondu à nos questions!

Longue vie au cinéma!



Par Elsa Roger-Lacan









コメント


Capture d’écran 2020-08-31 à 19.41.20.pn

Tout le monde se pose des millions de questions par jour, c'est normal, c'est humain.

Après il faut avoir la réponse ce qui n'est pas toujours facile...

Abonnez-vous 

Merci !

  • Instagram
bottom of page